dimanche 16 décembre 2018

Triste Justice (Michelle Fleury)

Michelle Fleury. – Triste justice. – Québec : Éditions GID, 2015. - 197 pages.

 

Roman

 



Résumé : De jeunes justiciers, inventifs mais maladroits, tentent de combler les lacunes des tribunaux. En plus de relever de nombreuses et évidentes bavures judiciaires, ils ont eux-mêmes vécu des épisodes douloureux avec la justice. Nao, Philippe, Lukas et Pierre ont déjà accumulé information et indignation sur les inepties du système. La sœur de deux d’entre d’eux, Maële, se fait violer. C’est là le déclencheur de plusieurs opérations punitives nouveau genre. Les conspirateurs prennent donc les choses en main. On voit se construire un système de pensée engagée et se développer des méthodes d’action fort créatives qui donneront lieu à des opérations pour le moins surprenantes, qui connaîtront toutefois plus ou moins de succès. Au fil des chapitres, les personnalités sont mises à jour et l’intrigue se développe. David, le patron de Pierre, se greffe au groupe initial. Personnage égoïste, arrogant et cynique, il se révélera pourtant d’un grand secours pour les apprentis justiciers. L’intrigue nous fait parcourir certains quartiers peu fréquentables de Boston, révèle des côtés très intimes des personnages et laisse le lecteur entre émotion et raison.

Commentaires : Michelle Fleury a été professeur-chercheure à l’Université Laval de Québec pendant plus de trente ans. Après une centaine de publications scientifiques, elle publie depuis 2012 fictions et recueils de poésie. Triste justice entrerait dans la catégorie de roman noir avec son intrigue mettant en scène de jeunes personnages qui décident de s’improviser justes vengeurs. Un récit cynique dont l’intérêt réside plus particulièrement dans le dévoilement des personnalités de chacun des protagonistes. Ce en quoi excelle l’auteure. Avec une finale qui m’a laissé dubitatif. Une lecture agréable. Une histoire découpée en 35 courts chapitres. Un style rythmé et une écriture dramatique efficace.

Cote :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire