jeudi 27 décembre 2018

Il était une fois l’inspecteur Chen (Qiu Xiaolong)

Qiu Xiaolong. – Il était une fois l’inspecteur Chen. – Paris : Éditions Liana Levi/Points, 2016. 227 pages.


Nouvelles policières


Résumé : De son enfance en pleine Révolution culturelle, Chen Cao garde en mémoire les dénonciations, les cris, les quolibets dont son père a été l'une des victimes humiliées. Quelques années plus tard, Chen est affecté d'office dans un commissariat où, jeune policier, il se charge d'une enquête aux relents d'un passé de corruption : l'assassinat d'un commerçant spolié puis réhabilité. Cette première enquête le ramène aux heures sombres de la Chine de Mao et réveille un douloureux passé.Poète de cœur et policier de métier, il dénoue cette affaire d'une main de maître et devient l'incorruptible inspecteur Chen.

Commentaires : Dans ce recueil de « nouvelles » policières, Qiu Xiaolong raconte l’enfance et la « naissance » de son personnage fétiche, l’inspecteur Chen, au cœur des transformations politiques et sociales que connaît progressivement la Chine moderne. Fiction et autobiographie s’entremêlent pour nous dresser un portrait saisissant et révélateur d’une période plutôt sombre de la vie de l’écrivain. L’œuvre se présente en trois temps : « Jeunesse » raconte l'enfance de Chen; « Première enquête » décrit son entrée dans la police et sa première enquête; « Sur le terrain » regroupe de petites histoires concernant Chen, complétées par la suite de la vie de l’auteur amorcée dans le préambule jusqu’à ce qu’il devienne écrivain.

Ne cherchez pas dans cet ouvrage des enquêtes à suspense sur des crimes odieux. Vous y retrouverez davantage une dénonciation des affres de la Révolution culturelle de Mao au travers l’histoire douloureuse d’un personnage qui en a souffert les affres, forcé bien malgré lui de devenir inspecteur de police.    

Il était une fois l’inspecteur Chen, c’est aussi l’éloge de la poésie, de la gastronomie, de la sagesse confrontée à la peur, aux dépossessions, à la corruption de l’administration, aux dénonciations, à l’autocritique publique, à l’humiliation dans une Chine brutale à l’idéologie en dérive. Il introduit un personnage récurrent dans l’œuvre de Qiu Xiaolong : son ami d’enfance Lu, le « Chinois d’outre-mer ».

Ce que j’ai aimé : L’imbrication du récit, de l’histoire du personnage (de l’auteur) et de sa famille dans celle de la Chine de Mao.

Ce que j’ai moins aimé : -


Cote :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire