vendredi 18 août 2017

Jusqu'à l'impensable (Michael Connelly)

Michaël Connelly. – Jusqu’à l’impensable. – Paris : Calmann-Lévy, 2017. 388 pages.


Polar







Résumé : Harry Bosch, retraité du LAPD malgré lui, tente de tuer le temps en remontant une vieille Harley lorsque Mickey Haller, son demi-frère avocat de la défense, lui demande de l’aide. Il ne voit en effet que Bosch pour l’aider à innocenter Da Quan Foster, un ex-membre de gang accusé d’avoir abattu à mort la directrice adjointe des services municipaux de West Hollywood. Même si la preuve est accablante, Haller en est sûr, son client est innocent. Dilemme pour Harry ! Passer du côté de la défense quand on a travaillé avec passion pour la police de Los Angeles toute sa vie ? Tout simplement impensable.

Commentaires : D’entrée de jeu : du bonbon ! J’ai lu tous les romans de Michael Connelly qui ont été publiés, en français, sur papier. Jusqu’à l’impensable est très certainement un de mes préférés. Il met en scène les deux demi-frères, l’un avocat et l’autre ex-policier, qui unissent leur perspicacité afin de résoudre une affaire, somme toute, assez complexe. Connelly maîtrise les tenants et aboutissants du système judiciaire américain, plus particulièrement de celui de l’état de la Californie, de l’univers des avocats et de leurs manigances pour remporter leurs causes et, évidemment, des enquêtes policières. Et ce roman n’échappe pas à cette caractéristique qui crédibilise chacune des enquêtes de Mickey Haller et de Harry Bosch.

Jusqu’à l’impensable est, ce qu’on appelle un polar captivant (en anglais, on dirait un « page turner », expression pour laquelle il n’existe pas d’équivalent en français). La cause est perdue à l’avance, Bosch ne veut pas franchir la ligne jaune et passer du côté de la défense, mais si l’accusé l’est injustement, il justifiera sa décision dans son désir de justice et d’identifier le véritable coupable.

Je l’ai mentionné précédemment, Harry Bosch est un policier à la démarche rigoureuse qui ne laisse de côté aucun élément qui puisse faire progresser son enquête. Pourtant ici, je me demande pourquoi, vers le milieu du récit, il n’a pas fait une vérification auprès du principal intéressé à propos d’un certain préservatif ? Une petite faiblesse pardonnable dans l’intrigue. Aussi, comment se fait-il que des communications soient si déficientes du côté de l’accusation qui ne semble pas au fait des derniers documents que lui a transmis la défense ? Mais bon, ces détails ne gâcheront nullement votre plaisir de tenter de dénouer cette affaire, les indices s’accumulant progressivement jusqu’à la conclusion finale. Un classique dans cette littérature de genre.

Un incontournable pour les amateurs de polars en souhaitant que Michael Connelly, en nomination pour le Prix international décerné par la Société du roman policier de Saint-Pacôme, en collaboration avec les libraires indépendants du Québec, en soit le récipiendaire.

Bien hâte de découvrir la nouvelle série qui mettra en vedette Renée Ballard, une jeune détective qui doit faire ses preuves au LAPD.

Ce que j’ai aimé : Tout, de la première à la dernière page.

Ce que j’ai moins aimé : -


Cote : ¶¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire