mardi 15 août 2017

Bandini (John Fante)

John Fante. – Bandini. – Paris : Christian Bourgeois éditeur, 1985. 267 pages.


Roman







Résumé : Arturo Bandini est un gamin criblé de taches de son et couronné d’une tignasse en colère. Un râleur, désolé d’être le fils d’une mère passivement amoureuse et bigote et d’un père maçon, violent, incertain et cavaleur. Amoureux d’une étoile filante et indifférente, sa petite camarade de classe à la santé fragile, haï par ses maîtres et pairs, Arturo passe son temps à détruire d’une main ce qu’il a construit de l’autre. Bon et méchant, généreux et voleur, il est à la fois la glace et le feu, la tendresse et la rancœur.

Commentaires : Je ne connaissais pas John Fante (1909-1983), ce fils d’immigrant italien romancier, essayiste et scénariste américain. C’est un ami Facebook de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, qui anime un blogue littéraire (Francksbooks), qui m’a fait découvrir son premier roman paru en 1938, en m’en recommandant la lecture. Et quelle découverte !

Récit « autobiographique romancé » d’un jeune italo-américain qui aspire à devenir un vrai américain, né au mauvais endroit, dans un Colorado aux hivers rigoureux, dans la mauvaise famille, et dont le triste sort semble scellé dans une existence miséreuse. Comment rester insensible aux descriptions du quotidien de ce jeune garçon ambivalent qui, pour donner un sens à sa vie, ment à son entourage et se ment à lui-même.

Dans Bandini, John Fante a eu le grand talent de décrire, avec un réalisme cru, un ensemble de personnages, certains plus attachants les uns que les autres, qui évoluent dans le misérabilisme quotidien d’une certaine couche de la société américaine issue de l’immigration qui ne semble avoir d’autre issue que sa pérennisation.

Et comme le qualifiait sur son blogue, Frank Chanloup, le 13 juillet 2017, ce roman a été « écrit avec le cœur et les tripes, tourbillon mené d’une main de maître par un auteur qui n’a jamais peur de l’émotion où l’énergie du désespoir et la rage de vivre sont présentes à chaque page, où les relations familiales sont disséquées avec une acuité exceptionnelle. »

En souhaitant que ces commentaires vous convainquent, vous aussi, de découvrir l’univers de John Fante.

Ce que j’ai aimé : La forme et l’ambiance générale du récit. Le style et la qualité de l’écriture de Fante. L’émotion qui se dégage des situations et des dialogues.

Ce que j’ai moins aimé : -


Cote : ¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire