mardi 22 août 2017

À qui la faute ? – Une enquête de Maud Graham (Chrystine Brouillet)

Chrystine Brouillet. – À qui la faute ? – Une enquête de Maud Graham  – Montréal : Druide, 2017. 381 pages.


Polar







Résumé : Ils se connaissent depuis longtemps. Leurs enfants font du sport ensemble. Toutefois, si la vie de famille les réunit, des liens pernicieux se sont tissés entre certains… qui les désuniront au fil d’événements tragiques ayant pour point de départ un incident à l’aréna. Mais est-ce bien ce moment qui a tout fait basculer ? Plusieurs dangers ne les menaçaient-ils pas déjà, larvés dans leurs existences en apparence tranquilles ? C’est ce que Maud Graham et ses enquêteurs de Québec devront fouiller pour comprendre comment le drame a pu frapper avec autant de force ces familles qu’on aurait dites sans histoire…

Des secrets dévoilés, des trahisons, des innocents qui s’accablent de reproches, alors que des coupables nient leur responsabilité… Une intrigue inattendue et poignante, dénouée par la rigueur et la sensibilité de Graham et de son équipe.

Commentaires : Le personnage fétiche de Chrystine Brouillet, Maud Graham, est de retour. Dans un récit qui se déroule, en partie, dans le milieu des arénas et de la compétition sportive, le monde des jeunes adolescents poussés à la performance extrême par leurs parents. Une thématique originale pour y camper une enquête policière sur une série de morts suspectes.

Petit conseil avant d’en commencer la lecture : sachez que l’auteure nous plonge dans un univers aux multiples personnages. Dès la première page, dressez progressivement un tableau pour y départager les différents protagonistes qui s’ajoutent de chapitre en chapitre : il vous sera plus facile de suivre l’action en vous y référant, sachant qui est le conjoint ou la conjointe de qui, qui est l’enfant de qui, qui est le frère ou la sœur de qui, qui couche avec qui, qui est l’ami de qui, qui fréquente qui…? J’ai regretté de ne pas l’avoir fait : j’en ai arraché jusqu’à un peu plus de la moitié du roman où le scénario prend vraiment son élan.

Il y a deux enquêtes dans ce polar : la principale concernant le milieu familial et sportif qu’il m’a été difficile de localiser physiquement dans la ville de Québec; la parallèle, celle qui semble secondaire, portant sur une série de viols commis dans le quartier Limoilou. Et vous devinez qu’il y a un lien entre les deux à un point tel que c’est la solution de la deuxième enquête qui met un point final à la première, de manière plutôt abrupte, à mon point de vue. Dans les dernières pages, comme c’est généralement le cas dans tout bon polar qui se respecte. Jusqu’à un certain point, j’en suis resté sur ma faim dans le dénouement tragique de cette affaire qui a très certainement eu un impact sur les relations entre les différentes familles sur lesquelles s’était longuement attardée l’auteure.

Dans un autre ordre d’idée, je ne peux passer sous silence une invraisemblance « géographique » évidente pour qui connaît certains quartiers de la ville de Québec : cette traque, par une froide soirée d’hiver, de Mylène, pour découvrir où demeure Tom, qui la conduit à pied de la 10e rue à Limoilou jusqu’aux habitations du Quai Saint-André dans le Vieux-Port. Un périple à pied d’environ trois kilomètres qui m’a semblé extrême pour une adolescente de son âge !

En conclusion, À qui la faute ? est un roman que j’ai trouvé somme toute intéressant, avec une Maude Graham toujours aussi perspicace et pour qui on ouvre même un restaurant généralement fermé un lundi soir afin de satisfaire ses découvertes culinaires !

Ce que j’ai aimé : Les points de repère (rues, bars, parcs) dans le quartier Limoilou, quartier de mon enfance. Le rythme accéléré dans les derniers chapitres. Les hypothèses contradictoires des enquêteurs jusqu’à la découverte de la solution.

Ce que j’ai moins aimé : J’aurais condensé davantage la première partie qui présente les liens qui unissent ou désunissent les différentes familles et fourni davantage de réponses demeurées en suspens, dans la finale, sur les conséquences de l’arrestation du meurtrier sur ces interrelations.

Cote : ¶¶¶¶


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire