mercredi 19 septembre 2018

Jeux de miroirs (Eugen Odidiu Chirovici)


Eugen Ovidiu Chirovici. – Jeux de miroirs. – Paris : Pocket, 2017. 345 pages.



Thriller






Résumé : Cette fois, il tient peut-être un best-seller. Pour Peter Katz, agent littéraire, le manuscrit qu’il reçoit a tout pour faire un succès : l’assassinat à Princeton du professeur Wieder, star de la psychologie cognitive, est un mystère vieux de trente ans… Le voilà raconté noir sur blanc, de l’intérieur : jeux de pouvoir, triangle amoureux, tout est là. Mais le texte s’arrête à la nuit du meurtre et son auteur vient de mourir… Qu’à cela ne tienne, Katz embauche un journaliste d’investigation pour écrire la suite du livre. De souvenirs en faux-semblants, celui-ci va se retrouver pris au piège d’un maelström de fausses pistes.

Et si la vérité n’était qu’une histoire parmi d’autres ?

Commentaires : Jeux de miroirs, un thriller époustouflant, est le premier roman de cet auteur roumain à être traduit en français et publié dans plus de 38 pays. Un scénario original mené avec brio dans lequel Chirovici s’amuse à brouiller les pistes. Accrocheur dès le début avec la reproduction du manuscrit reçu par un agent littéraire et inspiré d’un drame réel et non élucidé 30 ans plus tôt. Le texte d’un auteur qui a toujours souhaité devenir écrivain et qui met la table au déroulement de l’intrigue qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière ligne.

Chirovici  nous plonge dans plusieurs versions d’un même récit. Celui de l’agent littéraire et les enquêtes menées par un journaliste et par un policier à la retraite. Ce dernier aura le fin mot de cette histoire où chaque personnage a sa propre version de l’affaire. Avec une écriture fluide et efficace, l’auteur présente chaque hypothèse de solution qui se détruit au fur et à mesure de l’avancement du récit. Celui-ci nous tient en haleine avec une panoplie de personnages interpellés, aux points de vue aussi complémentaires que contradictoires.

Jeux de miroirs est un véritable jeu de mémoire que seule la révélation finale saura dénouer le drame. Son auteur soulève des questions quasi existentielles. Dans la vie de tous les jours, qui ment ? Qui imagine ou fausse la réalité ? Qui croit se souvenir ? Qui réinvente le passé ? Car, comme l’affirme Chirovici : « La littérature se nourrit d’imagination et de souvenirs – vrais ou faux ? »  Une réflexion fascinante campée dans un récit sans suspense haletant, mais qui alimente chez le lecteur un désir de connaître la vérité présentée sous des apparences trompeuses et la manipulation des informations.

En somme, un excellent roman qui nous convie à réfléchir sur les attributs de la mémoire à court, moyen et long terme qui pourrait se résumer par l’ultime paragraphe de Jeux de miroirs : « Un grand écrivain français a dit un jour que le souvenir des choses passées n’est pas nécessairement le souvenir des choses telles qu’elles furent. Il avait sûrement raison. »

Anecdote racontée par l’auteur. – Ce roman avait été refusé par une dizaine d’agents littéraires sans donner d’explication. Une réalité que vivent de nombreux auteurs. Après l’avoir présenté à une petite maison d’édition qui n’avait malheureusement pas les moyens de verser une avance et de le distribuer de façon adéquate, Chirovici s’est laissé convaincre par cet éditeur de relancer son manuscrit auprès d’autres agents littéraires. Deux jours après l’envoi, entre autres chez Peters, Fraser & Dunlop pour qui le projet allait « faire un carton », le contrat était signé : « L’édition est une industrie hautement subjective, et beaucoup de grands romans ont d’abord été rejetés. Même si les refus sont toujours difficiles à accepter, il faut s’accrocher et continuer à essayer. »

Ce que j’ai aimé : L’originalité de l’histoire. La réflexion sur la mémoire, cette faculté qui oublie peut-être volontairement. L’intérêt soutenu du début à la fin. La psychologie des personnages. Le style fluide.

Ce que j’ai moins aimé : -

Cote :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire