lundi 3 juillet 2017

Apportez-moi la tête de Lara Crevier (Laurent Chabin)

Laurent Chabin. – Apportez-moi la tête de Lara Crevier. – Montréal : Libre Expression, 2014. – 330 pages.


Polar/Roman noir







Résumé : Montréal. Le corps d’une jeune femme est découvert, nu et décapité, dans un immeuble décati de la rue Saint-Antoine. Qui est-elle? Si son identification se révèle délicate, celle de son assassin se heurte à des difficultés autrement plus complexes. Pour le lieutenant-détective Donnola, cette exécution monstrueuse ne correspond à aucune catégorie connue.

Le lieutenant, hanté par un douloureux passé, croisera un étudiant, Chris Dausty, anarchiste et ami singulier de la victime, qui lui aussi mène son enquête. Mais ils errent tous les deux dans le mystère le plus total tandis que les auteurs de cette obscène machination savourent leur triomphe en toute impunité.

Commentaires : À juste titre, comme on peut le lire sur la couverture de quatrième, ce polar, à la fois classique et déviant, est indéniablement « une charge violente contre l’ordre, contre la police, contre l’État et ses chiens ». Et après l’avoir lu, on comprend mieux la dédicace de l’auteur : « … le début d’une saga sur le mensonge, la liberté et l’anarchie… »

Laurent Chabin nous convie à une réflexion sur l’identité, sur fond de discours anarchiste et libertaire. Pour appuyer sa « thèse », il rappelle à notre mémoire de Québécois le soulèvement étudiant de 2012 (printemps érable), un coup d’épée dans l’eau ! Il fait aussi la référence à l’utilisation de la violence policière extrême comme dans le cas de l’arrestation brutale d’un citoyen montréalais qui jouait de la guitare en buvant de la bière sur le trottoir d’un quartier populaire de Montréal (affaire Matricule 728 - un clin d’œil en faisant intervenir une policière dénommée Louvette Ratel). Et cette référence au peuple québécois longtemps considéré comme un mouton qui se laissait et qui se laisse encore tondre sans réagir !

Écrit dans une langue simple et accessible qui mélange le français international (l’auteur est originaire du centre de la France) et le français québécois (l’auteur réside maintenant à Montréal), Apportez-moi la tête de Lara Crevier risque de vous envoûter par ses incursions dans un univers macabre et de sexualité morbide. Donnola et Dausty nous dévoilent, en alternance, leurs états d’âme tout en relatant les péripéties de leurs enquêtes respectives sur les lieux du crime, dans les bars et les salons de massages environnants. Le tout entrecoupé des réflexions personnelles (dont,entre autres, sur la soumission et la domination) de Laura Crevier, la jeune universitaire prise de passion pour l’art et la littérature, en quête de réappropriation de sa vie de femme à libérer des tentacules omniprésents d’un système immuable. Avec, évidemment comme dans tout bon polar, une finale imprévisible, qui explique tout.

En tournant la dernière page de cet excellent roman, je n’ai pu m’empêcher d’oser parallèle entre Laura Crevier, le personnage et Laurent Chabin, l’auteur : même constat de société contrôlante, même combat de libération ?

Ce que j’ai aimé : La psychologie de chacun des personnages et l’intégration de cette fiction dans les bas-fonds de Montréal où se côtoient misère humaine, exploitation des démunis. Les réflexions sur la liberté. Le policier condamné à poursuivre le menu fretin alors que ceux qui exercent le pouvoir s’en tirent toujours avec les honneurs de leur statut social.

Ce que je n’ai pas aimé : -


Cote : ¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire