jeudi 5 décembre 2019

L'Affaire Léane Cohen (Julie Rivard)

Julie Rivard. – L’affaire Léane Cohen. – Paris : Hugo Roman, 2019. - 338 pages.

 

Polar New Romance®

 
 

 
Résumé : Le sergent-détective Henrik Hansen vient d’encaisser de solides coups : on lui a retiré sa dernière enquête d’importance, son cottage a été rasé par les flammes et l’amour de sa vie est maintenant derrière les barreaux. Alors qu’une série d’incendies ont lieu à Montréal, la SQ fait appel à lui. Il fait la rencontre de Léane Cohen, enquêtrice spécialisée en incendies criminels. Une complicité s’installe tout de suite entre les deux policiers. Pourtant, l’appel des montagnes et de son petit village tranquille se font bientôt sentir. Léane réussira-t-elle à le retenir ?

Commentaires : Au Québec, le phénomène de la « New Romance » qui a pris d’assaut le marché du livre en France avec plus de 13% des ventes (pensons, entre autres à Cinquante nuances de Grey) associé à la littérature du crime se concrétise ici dans deux romans de Julie Rivard publiés en 2019 chez Hugo Roman : L’Affaire Eva Beck et L’Affaire Léane Cohen. Une littérature qui a pour public cible la gent féminine qui, dit-on, est affectionnée par une lectrice sur dix.

La trame synoptique de L’Affaire Léane Cohen s’articule autour d’une enquête policière onctueusement enrobée dans une histoire d’amour et de sexe explicite. Ou vice versa. Rien à voir ici avec les récits édulcorés des romans Harlequin des années cinquante.

Dans le registre des polars, le sixième roman pour adultes de Julie Rivard nous transporte dans une quête de vérité à la recherche d’un tueur en série pyromane. Une longue investigation, au suspense languissant. De nombreuses victimes, une enquêtrice dans la mire, de fausses pistes, des hypothèses qui se bousculent pour que la solution finisse par émerger. N’ayez crainte : vous ne devinerez jamais qui est ce criminel qui, dans les dix dernières pages, m’a semblé sortir d’un chapeau comme le lapin d’un magicien. Rien ne nous y prépare.

Le style de l’auteur est agréable. Les personnages principaux sont bien campés. Les passages sur le profilage des pyromanes, les détails techniques sur les analyses des lieux incendiés, la visite guidée de la Maison du Bootlegger près de La Malbaie, entre autres, s’intègrent bien au récit. Comme les scènes de séduction et de baise d’ailleurs. Somme toute un roman intéressant et original.

Ce que j’ai aimé : La thématique. 

Ce que j’ai moins aimé : Le rythme lent du récit.   

Cote :