mardi 2 janvier 2018

Adios Hemingway (Leonardo Padura)

Leonardo Padura. – Adios Hemingway. – Paris : Éditions Métailié - Points, 2005. – 183 pages.



Genre littéraire : Polar






Résumé : Dans le jardin de la maison musée d'Ernest Hemingway, on déterre un cadavre portant l'insigne du FBI.

Ce cher Ernest serait-il l'assassin ? Pas facile d'enquêter après tant d'années, surtout sur un écrivain de cette stature, qui vous inspire des sentiments ambigus d'admiration et de haine. Mario Conde, l'ancien flic, prend son courage à deux mains et exhume le souvenir de ce monstre sacré, généreux, odieux, inoubliable.

Commentaires : Cette enquête de l’ex-policier Mario Conde, l’alter ego de Leonardo Padura nous plonge dans l’univers et la fin de vie de l’écrivain Ernest Hemingway dont il est un admirateur inconditionnel. À noter que ce roman a été écrit à la suite d’une commande de l’éditeur brésilien de Padura l’invitant à participer à la série « La littérature ou la mort ».

Padura décrit ainsi Adios Hemingway dont l’intrigue repose sur les événements qui se seraient déroulés dans la longe nuit du 2 au 3 octobre 1958 : « …ce n'est qu'un roman et de nombreux événements qui y figurent, même s'ils sont tirés de la réalité la plus avérée et respectent strictement la chronologie, sont passés à travers le filtre de la fiction et s'y sont mêlés, à tel point qu'aujourd'hui encore, je suis incapable de délimiter les frontières des deux univers. […] De sorte que le Hemingway de ce livre est bien évidemment un Hemingway de fiction, car l'histoire où il se voit entraîné n'est que le fruit de mon imagination… »

L’exercice romanesque est parfaitement réussi. En moins de 200 pages, nous accompagnons le géant de la littérature américaine dans son environnement, sa maison devenue musée à La Havane que Padura nous fait visiter, à la recherche d’un indice. Une maison en ordre comme l’a laissée l’écrivain au lendemain de son départ vers les États-Unis. Deux ans avant son suicide. On y imagine, entre autres, ses trophées de chasse et sa collection d’armes, sa machine à écrire avec laquelle il écrivait, paraît-il debout à cause d’une blessure, une affichette intrigante sur laquelle on peut lire que « les visiteurs non invités ne seront pas reçus », les notes relatives à l’évolution du poids de l’écrivain inscrites sur la cloison de sa salle de bains… Autant de détails et bien d’autres qui rendent vivants les protagonistes de cette histoire bien ficelée.

Un excellent Padura avec des réflexions sur la politique, la littérature, la société cubaine et le quotidien à La Havane et un Mario Conde à l’esprit aussi tordu que dans ses autres aventures.

Ce que j’ai aimé : Les ambiances créées par l’auteur. Les détails sur la vie d’Hemingway. Les descriptions des lieux et l’intrigue qui débouche sur la solution de l’énigme vers la toute fin.

Ce que j’ai moins aimé : -


Cote : ¶¶¶¶

1 commentaire:

  1. Padura peu à peu découvert. Cuba sans manichéisme mais sans complaisance. Avec rhum entre amis. Les régimes coulent sur la peau des peuples ! Le polar ici comme le révélateur de réalités obscures. Padura, si j'osais : comme un demi frère insulaire de Paco Ignacio Taibo II ? Subtil, drôle et mélancolique...

    RépondreSupprimer