lundi 29 janvier 2018

Les égarements de mademoiselle Baxter (Eduardo Mendoza)

Eduardo Mendoza. – Les égarements de mademoiselle Baxter. – Paris, Éditions Le Seuil, 2016. – 345 pages.


Genre littéraire : Roman







Résumé : Le détective fou cher à Eduardo Mendoza est mordu par un chien dans une rue de Barcelone. Cette agression canine ramène à sa mémoire une aventure vieille de trente ans, lorsque deux hommes se réclamant d’un commissaire de police étaient venus le chercher pour lui confier une mission : ramener à sa propriétaire un petit chien perdu dans un jardin. Accusé d’avoir assassiné le même jour et dans le même quartier Olga Baxter, une apprentie mannequin, il avait dû lui-même mener l’enquête en compagnie de mademoiselle Westinghouse et de ses amis travestis, révélant au final une vaste affaire de blanchiment et d’évasion de capitaux. Mais la morsure du chien réveille ses doutes quant à la résolution de l’énigme et, comme dans les meilleurs cold cases des séries américaines, le détective part à la recherche de ses anciens coéquipiers et reprend ses investigations dans une Barcelone où tout a changé, sauf la corruption.

Commentaires : C’est le deuxième Mendoza que je lit, après Trois vies de saints qui m’avait fait beaucoup rigoler. Beaucoup moins dans cette parodie de polar mettant en vedette un détective brindezingue dont on ne connaît pas le nom, entouré de personnages tous aussi loufoques les uns que les autres. Racontée à la première personne, cette histoire d’enquête sur un meurtre se déroule à Barcelone. Dans une Barcelone que l’auteur décrit comme ayant connu de grandes transformations, à l’exception de la corruption omniprésente dans les milieux politiques et policiers.

Le récit est divisé en deux parties. La première se concentre sur la recherche du « coupable » par celui-là même qui est soupçonné du meurtre de la dénommée Mademoiselle Baxter jusqu’à ce que l’affaire soit jugée comme classée. La deuxième, 30 ans plus tard, avec la reprise de l’enquête par le narrateur. Plus d’une centaine de pages qui affecte le rythme initial et qui auraient pu être limitées pour le peu d’information qu’elles apportent.

De façon générale, ce roman présente une critique acerbe de la société espagnole et catalane et de l’humanité en ce début du XXIe siècle. On le sent dans le style de l’auteur qui s’amuse à opposer richesse et pauvreté, gens bien et renégats, quartiers huppés et bas-fonds crasseux d’une ville qu’il aime bien malgré tout.

Il faut souligner le style particulier de Mendoza avec des phrases souvent très longues et de nombreuses descriptions tant des personnages`, des objets que des lieux où se déroule l’action. Connaissant bien Barcelone, j’ai aimé redécouvrir certains quartiers déjà visités et en découvrir de nouveaux. Je me suis particulièrement amusé à la lecture du chapitre 15 intitulé « Question déterminante » : la mise en scène d’une assemblée où l’absurdité de ceux qui possèdent argent et pouvoir est poussée à l’extrême qui débute ainsi : « Dans une vaine tentative de restaurer l’ordre, un homme chauve, menu et le teint rosé frappait un vase chinois, qui finit par se fêler. »

Les égarements de mademoiselle Baxter n’est pas un roman policier. Il n’en demeure pas moins intéressant malgré l’absence de suspense. Quand on connaît la fin, on est un peu déçu. Mais à chacun de se faire sa propre idée.

Ce que j’ai aimé : La critique sociale, la psychologie des personnages, les descriptions et l’humour parfois grinçant de l’auteur.

Ce que j’ai moins aimé : La deuxième partie.


Cote : ¶¶¶


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire