mardi 30 juin 2020

Rinzen et l’homme perdu (Johanne Seymour)


Johanne Seymour. – Rinzen et l’homme perdu. – Montréal : Libre Expression, 2016. – 282 pages.



Genre : Polar







Résumé :

Un enfant qui se sent disparaître, le journal d'un confesseur, un vieillard crucifié… et un étonnant duo d'enquêteurs : Rinzen Gyatso, une bouddhiste qui vit avec son fils de sept ans et ses parents tibétains, et Luc Paradis, un athée insomniaque qui, la nuit, s'entraîne à la boxe et arpente le quartier gai.
Quand le frère Samuel Clément est trouvé mort dans son appartement, Rinzen et Paradis plongent au cœur d'une enquête qui ébranle leurs convictions et les oppose. Et leur supérieur, le lieutenant Gerry Desautels, en pleine crise existentielle de la cinquantaine, ne leur est d'aucun secours. Plus les victimes s'additionnent, plus l'équipe se perd en hypothèses.
Pendant ce temps, l'homme perdu les observe et s'interroge. Qui le sauvera de lui-même ?

Commentaires :

Une histoire relativement simple, mais somme toute captivante. Personnages bien campés. J’ai eu des doutes assez rapidement sur le meurtrier. Une enquête qui nous oriente vers différentes pistes au gré des hypothèses soulevées. Un page turner avec ses courts chapitres. Intéressante cette enquêtrice d’origine tibétaine bien adaptée en territoire québécois. Un bon suspense jusqu’à la fin.

Originalité/Choix du sujet :
*****
Qualité littéraire :
*****
Intrigue :
*****
Psychologie des personnages :
*****
Intérêt/Émotion ressentie :
****
Appréciation générale :
*****