dimanche 7 avril 2019

Encore raté ! Trois aventures de John Dortmunder (Donald Westlake)

Donald Westlake. – Encore raté ! Trois aventures de John Dortmunder. – Paris : Rivages/Noir, 2018. 1261 p.

 

Polar

 
 
 

Résumé : Vous ne connaissez pas encore John Dortmunder, le cambrioleur le plus drôle du polar? Il n'est pas trop tard. Ce manuel peut vous aider.

Depuis toujours, Dortmunder vole, cambriole, perce, force, braque. C'est en commettant un vol dans un supermarché qu'il a rencontré May, sa fidèle compagne. Dortmunder est un cambrioleur professionnel, qui prend son activité très au sérieux. Il établit avec soin (et avec ses habituels complices, Andy, Stan, Tiny ou Arnie) des plans grandioses qui ne peuvent pas rater. Enfin ... qui n'auraient pas dû rater. Que s'est-il donc passé ? C'est ce que raconte Donald Westlake dans des romans cocasses, décalés, inventifs, délirants, où le mot de la fin est toujours « humour ».

Commentaires : Une belle découverte : Donald Westlake (1933-2008) est un auteur unique dans l’univers du polar : il a publié plus d’une centaine de romans sous une dizaine de pseudonymes mettant en vedette deux personnages principaux, cambrioleurs professionnels, dont John Dortmunder : un brigand extrêmement intelligent, entreprenant et inventif qui planifie ses actions avec minutie, qui n’a pas de chance et qui a le don de se mettre dans des situations impossibles, aussi absurdes et cocasses les unes que les autres.

Ce recueil intitulé Encore raté publié à l’occasion du 10e anniversaire de la mort de Westlake regroupe trois intrigues déjantées, toutes aussi cocasses les unes que les autres.  

Dans Pierre qui roule, John Dortmunder, tout juste sorti de prison et sans le sou a pour mission de dérober cinq fois, avec son équipe, la fabuleuse émeraude Balabomo.

Dans Personne n’est parfait, Dortmunder est censé voler un tableau baptisé La folie conduisant l’homme à la ruine, pour lequel son propriétaire compte toucher une alléchante prime d’assurance. Mais pour Dortmunder, rien n’est jamais facile.

Enfin, dans Dégât des eaux, le plus long récit des trois, le héros est confronté à une vieille connaissance prête à faire exploser un barrage pour récupérer un trésor de 750 000 $ enfoui dans le réservoir d’eau potable de la ville. Dortmunder veut éviter la catastrophe tout en récupérant le magot. Connaissant le personnage, vous pouvez deviner la suite.

J’ai rigolé à maintes reprises en découvrant, de chapitre en chapitre,  chacune de ces aventures farfelues étalées sur les 1261 pages de cette brique. Il m’a même été difficile de reporter au lendemain la lecture de la suite sauf peut-être dans le troisième texte, Dégât des eaux, la moitié du recueil, avec son intrigue plutôt « tirée par les cheveux » qui m’a paru interminable.

Comme le dit l’éditeur, John Dortmunder « gagne à être connu (sauf si vous êtes banquier)! Donald Westlake est un auteur rafraichissant qui ajoute aux lettres de noblesse du polar une touche humoristique qui rend sympathiques les malfrats qui flouent leurs semblables.

Bien hâte de découvrir Histoire d’os, sur ma pile à lire, qualifiée de grand moment d’anthologie humoristique. À suivre.

Ce que j’ai aimé : Les personnages bien campés, particulièrement ceux de l’équipe de Dortmunder aux réflexes récurrents d’une aventure à l’autre, la planification loufoque des projets, le style rythmé de l’auteur, la bonhommie du personnage principal. 

Ce que j’ai moins aimé : -

Cote :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire