Tuer pour régner (Jean-Pierre Gagné)

Jean-Pierre Gagné. – Tuer pour régner. – Rimouski : Éditions du Tullinois, 2029. – 341 pages.


Polar


Il s’en passe des choses « pas très catholiques » dans cet Hôpital de Québec (mon alma mater de naissance) où pratique le chirurgien Jean-Pierre… – correction : Jacques Poirier. Après un scandale relié à l’achat d’appareils médicaux (Piège de sang) qui a mis sa vie en péril, mais l’a tout de même gratifié de quelques millions de dollars, le médecin meurtrier nous revient dans une enquête des plus rocambolesque menée par son bon ami avocat Marvin Sark (prononcer "shark") et ses acolytes mafieux.

Une histoire dont la structure ressemble beaucoup, peut-être un peu trop à mon goût, à celle du précédent roman et qui se déroule à Québec, après une incursion dans la région de Montréal. Jean-Pierre Gagné ne manque pas d'humour ni d’imagination ici avec l’ébauche d’un complot qui relève presque de la science-fiction. Avec une finale à nous faire tomber en bas de notre chaise. Sans compter les « explications » avancées de certains événements historiques qui ont marqué le Québec au cours des dernières décennies. Je vous les laisse découvrir.

Jacques Poirier [personnifié par l’auteur sur la couverture de première J] est certainement le premier chirurgien assassin du polar québécois, amateur de belles voitures, de bons scotches et de bons vins (italiens). Il demeure dans mon quartier. Le meurtre dont on l’accuse a été commis dans une résidence cossue d’une rue que j’emprunte au moins 2 fois par semaine, ce qui ne me rassure pas J.
Une fiction qui se déroule dans ma ville, conclue dans un restaurant de la rue Maguire dont les brunchs du dimanche sont parmi les meilleurs du secteur ! Une lecture divertissante, parfois critique du secteur public et de ses pratiques. Il faudra innover s’il y a récidive.

Originalité/Choix du sujet :
****
Qualité littéraire :
****
Intrigue :
***
Psychologie des personnages :
****
Intérêt/Émotion ressentie :
***
Appréciation générale :
****