mardi 24 octobre 2017

Le sang des cailloux (Pierre Laflamme)

Pierre Laflamme. – Le sang des cailloux. – Granby : Pierre Laflamme Romans, 2015. 424 pages.

Thriller







Résumé : Fadilah, jeune femme d'une grande beauté, est férue de liberté, d'égalité, d'un « islam des lumières ». Étudiante en égyptologie, elle est secrètement amoureuse de Faysal, un garçon modelé pour devenir djihadiste. Fadilah ne craint pas le regard des hommes : « Si tu veux le miel, tu souffriras la piqûre des abeilles ».

Poussé par Salîm Al Misrî, un imam autoproclamé, un fou d'Allah, Faysal se joint à la brigade Salâh Ad-dîn, qui prône l'application de la charia et le retour du grand califat.

Entre-temps, Abou Hamza, père de Faysal, ministre du Pétrole de Moubarak, octroie à Preston Colby, le PDG de MARGI, une société d'ingénierie québécoise, d'importants contrats pour le développement des champs pétrolifères égyptiens... à une condition.

Les évènements se bousculent, un autocar de touristes explose à Barcelone. Le SCRS canadien et le Mossad israélien entrent en action, au moment où sur la place Tahrir au Caire, les Égyptiens sont en voie de répudier la dictature du Président Moubarak.

Entre Le Caire et Montréal, entre Barcelone et Tel-Aviv, des hommes et des femmes vivent des trajectoires aux collisions imminentes.

Commentaires : Le sang des cailloux est le deuxième roman de Pierre Laflamme, un auteur québécois passionné par le Moyen-Orient. De prime abord, le sujet de cette fiction, inspirée de faits vécus, ne m’emballait pas. Avec une couverture de première plutôt dérangeante. Mais dès la lecture des premiers chapitres, je n’ai pu décrocher de cette intrigue savamment construite.

L’auteur connaît très bien la société musulmane d’Égypte et nous la fait découvrir au gré des événements. Salafites radicaux, corruption économique, trafic d’armes, enrôlements djihadistes, attentats, avec comme fond de décor la révolution égyptienne. Le lecteur est rapidement entraîné dans un récit qui repose sur une recherche impressionnante de la part de l’auteur. Celle d’un jeune Égyptien qui se laisse entraîner, malgré les bons enseignements de ses parents, par un adepte d’une certaine interprétation du Coran, dans une voie menant à la violence, à l’élimination des infidèles.

J’ai particulièrement apprécié les chapitres qui relatent l’embrigadement dans le camp djihadiste, à la fois comparables et complémentaires à ceux que l’on retrouve dans le roman de J.R. dos Santos (Furie divine), confirmant les méthodes employées par les groupes terroristes.

Le sang des cailloux, à la fois un thriller dont la finale est imprévisible jusqu’à la dernière phrase et histoire d’amour salvatrice contribue à une meilleure connaissance et compréhension des milieux islamiques et de l’influence de la religion omniprésente sur la famille, sur les tractations politiques, sur les collectivités parfois aux prises avec certaines contradictions de pensées et d’action.

Avec un style non complaisant, une écriture rigoureuse, un souci du détail dans les descriptions et dans les dialogues, Pierre Laflamme illustre la complexité d’un problème qui s’étend à l’échelle planétaire : la confrontation de valeurs et de croyances. D’autant plus qu’avec les événements récents à Barcelone (attentat sur les Ramblas) et les liens qu’il établit avec un groupe de Canadiens magouilleurs, l’auteur inscrit sa fiction dans une réalité très contemporaine.

Une lecture que vous ne regrettez pas et qui alimentera très certainement votre réflexion sur un sujet aussi complexe.

Ce que j’ai aimé : Le réalisme du récit par le choix et la psychologie des personnages, la qualité des dialogues et les nombreuses descriptions qui campent le récit dans des temps et des lieux bien définis.

Ce que j’ai moins aimé : -


Cote : ¶¶¶¶

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire